Page 17 - Plaquette_Expo_MM_3W
P. 17

LES GÉNÉRAUX

          GRAND-CROIX DE LA LÉGION D’HONNEUR









                                  Les premiers à recevoir la Médaille militaire sont les
                              généraux de division Honoré Charles Michel Joseph Reille
                              et Jean-Baptiste Philibert Vaillant le 10 mai 1852. Tous les
                              maréchaux de France reçurent le prestigieux insigne. Il est à
                              noter que le général Hubert Lyautey a été décoré par l’adjudant
                              Caviglioli à Sidi Lamine au Maroc. C’est tout un symbole de
                              voir un sous-officier remettre la Médaille militaire à un officier
                              général.
                                  Le dernier maréchal de France à obtenir la dignité est le
                              général Kœnig en 1984. Il est le seul à ne pas l’avoir eu en tant
                              que commandant en chef, mais en tant que non-officier.

                                   Marie, Joseph, Pierre, François Kœnig
          Général de division Reille.
                                        un maréchal de France sorti du rang
                                  Le général Kœnig est né le 10 octobre 1898 à Caen.
                                  En avril 1917, baccalauréat en poche, il s’engage au 36  RI
                                                                            e
                              de Caen. Il gravit les échelons jusqu’au grade de sergent en peu
                              de temps puis rejoint l’École d’Issoudun d’où il sort aspirant en
                              février 1918. À 20 ans, il est chef de section. Son régiment est
                              engagé dans les Flandres. En juillet, l’aspirant Kœnig participe
                              à la bataille du Matz puis à l’offensive de l’Oise.
                                  « Militaire d’élite » chef de  section  d’un dévouement et
                              d’un courage exemplaire, il est cité à l’ordre de l’armée et reçoit
                              la Médaille militaire le 8 septembre 1918.
                                  Le sous-lieutenant Kœnig décide d’embrasser la carrière
                              des armes. Il est affecté au 15  BCA et participe aux campagnes
                                                     e
                              de Silésie tchèque puis de Silésie polonaise. De retour à Paris,
         Général de division Vaillant.  il est affecté au 5  RI, mais la vie mondaine parisienne lui pèse
                                           e
   12   13   14   15   16   17   18   19   20   21   22