Page 6 - Plaquette_Expo_MM_3W
P. 6

Elle leur assurera cent francs de rente viagère ; c’est peu, certainement ; mais ce qui est
       beaucoup, c’est le ruban que vous porterez sur la poitrine et qui dira à vos camarades, à vos
       familles, à vos concitoyens que celui qui la porte est un brave.
           Soldats, cette distinction est bien peu de choses, je le répète, aux prix des services immenses
       qu’ici et en Afrique vous rendez à la France, mais recevez-la comme un encouragement à maintenir
       intact cet esprit militaire qui vous honore ; portez-la comme une preuve de ma sollicitude pour
       vos intérêts, de mon amour pour cette grande famille militaire dont je m’enorgueillis d’être le
       chef, parce que vous en êtes les glorieux enfants. »


            Article V du décret de création de la Médaille militaire :
             La Médaille militaire pourra être donnée :
               •  Aux sous-officiers, caporaux ou brigadiers, soldats ou marins qui comptent
                 huit années de service, campagnes comprises ;
               •  À ceux dont les noms auront été cités à l’ordre de l’Armée quelle que soit leur
                 ancienneté de service ;
               •  À ceux qui auront reçu une ou plusieurs blessures en combattant devant
                 l’ennemi ou dans un service commandé ;
               •  À ceux qui se seront signalés par un acte de courage ou de dévouement
                 méritant récompense.

           Mais très vite la Médaille militaire suscite des critiques. Des moqueries fusent et on
       la considère de « fantaisie de petit prince », voire de « mesure démagogique » ! Certains la
       qualifient de « sous décoration pour les sous-officiers écartés de la Légion d’honneur ».
                                                 La première promotion n’a été
                                             attribuée qu’à très peu de récipiendaires.
                                             Une petite cinquantaine de non-officiers
                                             a été récompensée le 21 mars 1852, ce qui
                                             était un symbole de rareté et de valeur. On a
                                             reproché à Napoléon de faire du favoritisme.
                                                  Pour couper court à toutes ces
                                             critiques, le demi-frère de Napoléon, le
                                             duc de Morny, propose une promotion de
                                             mille récipiendaires pour les sous-officiers
                                             et  les  hommes  de  troupe  et  propose,  afin
                                             que la Médaille militaire ait tout le prestige
                                             souhaitable, qu’elle devienne, pour un très
                                             petit nombre la plus haute distinction. Elle
                                             pourrait donc être décernée à de très rares
          Affiche du discours prononcé par Napoléon III, à
         l'occasion de la première distribution de la Médaille   officiers généraux, grand-croix de la Légion
             militaire, en faveur des sous-officiers et  d’honneur et au sommet de la hiérarchie
             soldats des armées de Terre et de Mer.  militaire. Mais, le prince président souhaite
                   (Collection BNF)          « d’abord récompenser les petits ».
   1   2   3   4   5   6   7   8   9   10   11